Qui n’a jamais entendu, tu ne devrais pas faire ça, ou tu devrais faire ceci. Les réflexions de nos familles ou amies ne sont plus forcément à jour. Les choses changent, évoluent grâce à la science, à des spécialistes de la petite enfance. Regardons Maria Montessori, et pleins d’autres ont révolutionnés la manière d’éduquer et d’apprendre à nos enfants. Et aussi tout les progrès scientifiques qui ont été fait sur le cerveau de l’enfant. Je vais donc te partager 5 réflexions qui ne sont donc plus d’actualités.

Tu ne devrais pas le porter autant.

baby-2497266__340

Tu ne devrais pas le porter autant, tu vas l’habituer et après il ne voudra plus te lâcher. FAUX ! Un enfant passe 9 mois dans le ventre de sa mère il est normal qu’à la naissance et même plus tard qu’il a besoin du contact de celle-ci. Le portage physiologique lui apporte tellement à l’enfant et au parent porteur. Il nous donne l’avantage d’avoir les mains libres afin de faire le ménage, s’occuper des aînés, faire à manger, se déplacer dans les endroits inaccessibles aux poussettes. Il permet aussi de réguler la température de bébé en cas de fièvre, diminue les reflux, facilite la digestion et permet aussi de se cacher et se protéger du monde extérieur.

Tu devrais le laisser pleurer cela lui fera les poumons.

baby-2387661__340.jpg

Alors non, non et re non. De nos jours, on sait scientifiquement que laisser pleurer un enfant est très mauvais. Rappelons que selon les conseils de mamie ou tante Lucette, il faut laisser bébé pleurer pour qu’il apprenne à s’endormir seul. Non seulement, il y aura des conséquences physique mais aussi psychologique. L’enfant qui pleure et dont on ne répond pas à ses besoins se sent abandonné, son stress va donc augmenter, à force cela va endommager son système nerveux et cela peut aussi se répercuter sur sa croissance. Les bébés pleurent toujours pour une raison, il a faim, chaud, froid, il est sale ou quelque chose dans le genre.

Là il te fait un caprice, tu devrais le punir.

stock-photo-little-angry-girl-portrait-at-home-136184753.jpg

Les enfants avants au moins l’âge de 6 ans ne savent pas faire de caprices. La notion de caprice leur est totalement indifférent. Un enfant de 2 ans je vois avec la mienne quand vous lui poser la question de choisir entre un bonbon vert et un bonbon rouge ne sait pas choisir ou alors une fois elle va dire vert et la seconde fois rouge. Comment un enfant peut alors avoir un cerveau assez développé pour savoir comment manipuler son ou ses parents ?? L’enfant fait juste face à des émotions qui sont trop fort pour lui et cherche le soutien ou l’accompagnement de son parent dans la tornade qu’il subit. Essayer donc de lui parler et de chercher à comprendre ce qui le met dans cet état. Un livre qui explique très bien les émotions de l’enfant c’est Au cœur des émotions de l’enfant d’Isabelle Filliozat.

Moi à ta place, je lui aurais mis une fessée pour lui montrer qui c’est qui commande.

stock-photo-black-and-white-picture-silhouette-women-violence-against-children-behind-frosted-glass-430465750.jpg

La fessée fait partie des violences éducatives ordinaires (voir mon article ici), il est cependant écrit dans la loi française que le parent à le droit de correction sur son enfant. Et oui en 2018, il est encore possible de frapper son enfant, cependant dans certains pays voisins cela est interdit depuis déjà plusieurs années notamment en Suède. A savoir qu’une fessée ne fait pas que mal, elle peut créer des blocages émotionnels, qui n’a jamais eu une fessée et entendu “Tiens comme ça tu sais au moins pourquoi tu pleures.”. Qui aura envie d’exprimer ses sentiments après ça ? Il est devenu normal de mettre une fessée à son enfant, comment en sommes nous arriver là ? Simplement en reproduisant le modèle parental que nous avons eu.

Quoi tu dors avec ton enfant, mais tu vas l’écraser !!

baby-22194__340.jpg

Encore une fois une idée reçue dans la tête des gens, il a beaucoup plus de bénéfices que ce que l’on pense à pratiqué le cododo. Le cododo c’est le fait de dormir dans la même pièce. Les parents développent à la naissance de l’enfant ce que l’on appelle l’instinct maternel et paternel, cet instinct va être aussi présent lors du cododo. Cet instinct pendant le cododo dans le lit parental, va faire que le parent va adopter une position spéciale pour ne pas écraser l’enfant durant son sommeil. Cependant pour éviter tout risque il y a des choses à mettre en place pour éviter tous risques d’étouffements. Il est recommandé par la Société Canadienne de Pédiatrie de dormir avec son enfant dans la même chambre ou le même lit pendant les 6 premiers mois de l’année afin de réduire le risque de mort subite du nourrisson (j’en ai justement fait un article que vous pouvez retrouver ici).

Et vous qu’avez vous entendu d’aberrant ?