Depuis le début de l’année et la sortie de l’émission de Marie Kondo, le désencombrement est devenue une mode. J’avais envie de surfer un peu sur cette mode et de vous parler de la base du désencombrement, de ma démarche et par où commencer.

Ma démarche vers le désencombrement

Pendant la grossesse d’Anastasia en 2016, j’ai commencé à prendre conscience de mon alimentation, des produits que j’utilisais. Mais, aussi de l’impact que tout cela avait sur l’environnement, ma santé et celle de ma famille.

J’ai donc commencé à me renseigner sur le zéro déchet, l’alimentation bio, les cosmétiques bio, non testées sur les animaux. Et je me suis rendu compte que j’avais envie et besoin d’une vie plus simple.

Mon impact écologique était une catastrophe, j’étais une consommatrice en puissance, je me ruinais chaque mois, en livre, décoration, articles de pâtisserie. Bref tout ce qui me plaisait, j’achetais.

Quand j’ai pris cette décision, ma vie a changé, j’ai vu tout différemment. Chaque objet de décorations, les livres, les vêtements que je voyais m’énervaient, car il fallait s’en occuper. Les laver, les épousseter, les déplacer, leur trouver une place, mais pas seulement cela me coûtait de l’argent chaque mois, car j’en voulais plus.

Au fur et à mesure de ma démarche, j’ai même aimé quand quelqu’un cassait un objet de décoration, car je n’allais pas le remplacer et je n’avais pas encore le courage de le jeter, car il était beau, ou parce qu’il représentait un souvenir.

Les plus

Il y a tellement de positif dans le fait de réduire ses biens. J’ai aimé le vide et la place que cela avait crée, j’étouffais dans le bordel que j’avais accumulé pendant plusieurs années.

Le déménagement qui s’en suivi fût plus simple, j’avais moins d’objets, malgré qu’il n’est pas encore fini.

Je trouve plus facilement ce que je cherche dans la maison, j’ai moins de doublons. Et oui, lorsque notre maison est encombrée, on a dû mal à trouver certains objets et donc on en rachète.

Le ménage en est facilité, car il y a moins de meubles et de bibelots. Que c’était long de prendre chaque bibelot de le nettoyer et de nettoyer la surface dessous.

Les manières de faire

J’ai commencé par faire un Minsgame, le principe est simple, vous commencez le premier du mois et vous jetez un objet, le deuxième jour 2 objets et ainsi de suite. Moi, j’ai fait un Minsgame inversé c’est à dire le premier jour je jette, donne ou vend 31 objets, le jour 2 je fais pareil mais avec 30 objets et ainsi de suite jusqu’à la fin du mois ou alors jusqu’à n’avoir plus rien qui vous déplaise.

J’ai ensuite connu le livre La magie du rangement de Marie Kondo que j’ai dévoré en une semaine de vacances en 2017. Son principe à elle est de désencombrer par catégorie d’objet. On commence par les vêtements, puis les livres, les objets du quotidien (les komonos) et on fini avec les objets sentimentaux. On choisit de garder uniquement les objets qui procurent du bonheur. J’ai donc réussi à me séparer de plus d’objets, car j’avais pris conscience que les vêtements qui ne m’allaient pas et que je ne mettait pas ne me servaient à rien. J’ai donc donné énormément de vêtements, de bijoux et de livre.

On peut aussi tous simplement faire un tri pièce par pièce. C’est ce que j’ai commencé à faire en début d’année, mais la fatigue, les enfants et le travail m’ont très vite freiné.

Et vous quelle méthode avez-vous préférée ? Qu’est ce qui vous a motivé à changer ?